Les 10 principales théories de l’origine de la vie

On estime que la planète Terre existe depuis 4,45 milliards d’années. La vie telle que nous la connaissons, en revanche, semble avoir émergé environ un milliard d’années plus tard. Mais d’où vient-il exactement ? Cette question a été posée par des philosophes et des scientifiques pendant de nombreux siècles et a donné lieu à diverses théories sur ses origines. Dans la culture occidentale, ces théories tiennent leur fondement soit dans le christianisme, soit dans la science. En ce sens, les propositions vont de la volonté d’un être divin à l’évolution de notre matériel génétique, en passant par les interventions du matériel cosmique et la composition de la matière inerte.

La théorie du créationnisme

Le récit biblique le plus répandu sur les origines de la vie suggère qu’elle s’est produite grâce à l’intervention et à la volonté d’un être divin. Dans le livre de la Genèse, au sein de l’Ancien Testament, il est expliqué que cet être était dédié à la génération des différents états et êtres vivants tels que nous les connaissons. En sept jours, il a créé le ciel et la terre, puis il a créé la lumière, l’obscurité, les mers, la végétation, le soleil et la lune, les animaux, l’homme et la femme, et enfin, il s’est reposé. C’est la théorie qui semble être la plus valable dans les sociétés occidentales au cours des siècles, jusqu’à ce que les progrès de la recherche hérités de la révolution scientifique la remettent en question.

La théorie de la genèse sous la glace

Une des propositions concernant les origines de la vie sur terre est qu’il y a des milliards d’années, les océans étaient entièrement recouverts d’une très épaisse couche de glace. Comme cette couche était très épaisse, même d’une demi-centaine de mètres, il était possible que les composés organiques soient très bien protégés des agents extérieurs, et du soleil lui-même, qui était beaucoup plus puissant étant donné les conditions de la planète terre. Ainsi, la forte protection de la calotte glaciaire a pu générer une interaction des microorganismes, et finalement créer des formes de vie.

La théorie de l’activité électrique

En gros, cette théorie propose que les courants électriques peuvent produire des acides aminés simples et des sucres. Cela se produirait à partir de différents composés chimiques qui sont également simples et se trouvent dans l’atmosphère. En ce sens, la vie serait le résultat de la présence d’un rayon qui, en entrant en contact avec les éléments de l’atmosphère terrestre, aurait pu être à l’origine des premières formes de vie les plus fondamentales.

La théorie de Panspermia

Panspermia propose que la vie sur terre a commencé à partir de roches, de météorites et de restes de matériaux cosmiques qui ont eu un impact sur notre planète depuis ses premiers moments d’existence. Cette matière est censée être transportée à travers la poussière cosmique, et maintenue sur terre par l’action de la gravité. Elle propose que l’existence de ces restes pourrait générer la matière organique et bactérienne nécessaire pour générer la vie. Elle a été proposée pour la première fois par le biologiste allemand Hermann Ritcher en 1865.

La génération spontanée

La génération spontanée est l’une des théories les plus anciennes et les plus connues sur les origines de la vie. Elle propose que la vie soit générée spontanément ou naturellement à partir de micro-organismes présents dans la matière inerte. Dans ses formes les plus anciennes, la théorie de la génération spontanée considérait que la vie est créée parce que certains matériaux inertes peuvent donner naissance à des organismes vivants (par exemple, le fumier génère des mouches).

Dans ce contexte, l’expérience menée par le médecin italien Francesco Redi, qui cherchait à prouver que la matière inerte ne génère pas la vie, mais l’attire, est classique. Il laissait un morceau de viande à découvert et un autre morceau de viande dans un bocal fermé. Il a prouvé que les mouches n’ont pas émergé de la viande, mais des œufs laissés par d’autres mouches lorsque la viande a été exposée. Enfin, c’est Louis Pasteur qui a prouvé que les microorganismes ne naissent pas de la matière inerte mais sont dans l’air, et que cette matière ne fait que les attirer.

La théorie de l’abiogénèse

En reformulant la théorie de la génération spontanée, la théorie de l’abiogénèse est apparue. Elle propose qu’il existe un processus naturel dans la matière inerte d’où émerge la vie. Par exemple, il est proposé que la vie sur terre a commencé lorsque la vapeur d’eau a finalement pu se condenser. Car cela a généré des processus géochimiques et astronomiques qui ont à leur tour donné naissance au génome minimal. Il s’ensuit que la génération spontanée pourrait effectivement être un processus réel, mais il y a des millions d’années (pas dans l’état actuel de notre planète).

De même, la théorie de l’abiogénèse suggère que la vie a été générée par différentes réactions chimiques qui ont progressivement permis aux organismes les plus primitifs d’évoluer.

La théorie du sous-marin

Les sources hydrothermales, également connues sous le nom d’évents d’eau thermale ou d’évents hydrothermaux sous-marins, se trouvent au plus profond de l’océan. Ce sont des fissures et des fumerolles qui permettent le passage de la vapeur et de l’eau chaude. Ces cheminées ont des écosystèmes très étendus. Selon cette théorie, l’environnement océanique riche en nutriments, ainsi que les gaz réactifs, pourraient avoir créé l’habitat nécessaire pour générer les premières formes de vie.

En d’autres termes, les origines de la vie telle que nous la connaissons pourraient avoir eu lieu à l’intérieur des cheminées hydrothermales ; une question qui reprend également les propositions sur ce qui aurait pu se passer sous les calottes glaciaires qui recouvraient auparavant les océans.

La théorie de l’ARN

L’acide ribonucléique est le composé actuellement considéré comme crucial dans l’organisation et l’expression de notre matériel génétique. Il fonctionne avec l’acide désoxyribonucléique, l’ADN, transférant et systématisant les informations vitales que ce dernier génère. Il est une sorte de messager de l’ADN et a la capacité de se réguler de manière plus automatique. La théorie de la génération de la vie expliquée par l’ARN, dit que cela s’est produit à cause d’une poussée spontanée d’ARN sur notre planète. Face à cela, une question importante s’est posée : qui est arrivé en premier : l’ARN ou les protéines ? Certaines théories postulent que sans la synthèse de ce dernier, l’ARN n’aurait pas pu émerger, et encore moins spontanément ; car les composants les plus élémentaires des protéines sont trop complexes.

La théorie de la genèse sous la boue

Il y a aussi la proposition selon laquelle la vie sur terre a évolué à partir de la concentration de la boue. En effet, une telle concentration pourrait servir de zone de condensation de l’activité chimique ; ce qui pourrait éventuellement donner naissance à une sorte de “terreau” pour les composants nécessaires à la génération du matériel génétique (ADN et ARN).

La théorie du métabolisme

Contrairement aux théories de l’ARN, les théories du métabolisme affirment très largement que les éléments chimiques et les nutriments atmosphériques ont simplement continué à réagir au fil du temps, produisant des molécules de plus en plus complexes. Cela a progressivement donné naissance aux premières formes de vie et plus tard à la vie telle que nous la connaissons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *