Quelles sont les différences entre un MIG et un TIG ?

Obéissant au même principe de soudure à l’arc électrique, les postes MIG et TIG s’intègrent à la lignée des appareils les plus utilisés par les professionnels de la soudure moderne. Cependant, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur les différences qui pourraient exister entre ces deux procédés de soudure. Tant leurs caractéristiques et leur mode de fonctionnement sont similaires qu’il est facile de se laisser prendre dans les mailles de la confusion. Découvrez ce contenu consacré aux différences entre un MIG et un TIG.

Le poste à souder MIG : en quoi ça consiste ?

Le poste à souder MIG est un appareil qui permet d’opérer des soudures précises grâce au principe de soudage à arc électrique. Fonctionnant sur un courant continu, le soudage MIG se fait sous la protection d’un gaz actif avec en flambeau, la promesse d’une soudure de qualité. Pour arriver à cette fin, il emploie un fil d’apport qui, à une vitesse constante et continue, fusionne avec la pièce à souder tout en créant un arc électrique.

Répondant à un mode d’utilisation manuel qu’il est parfois compliqué à maitriser, le poste à souder MIG contrairement à un TIG, favorise une soudure rapide avec une vitesse de soudage très élevée. Mieux, il tolère une soudure qui peut être réalisée dans toutes les positions tout en nécessitant l’usage obligatoire d’un métal d’apport. En raison du gaz qu’il emploie, il favorise une soudure débarrassée d’effets secondaires comme la rouille ou le dépôt de matières chimiques. Il peut toutefois produire des soudures fragiles en particulier s’il est appliqué à des métaux en piteux état.

Le poste à souder TIG : quels sont ces principes ?

Dévolu à un usage essentiellement professionnel, le poste à souder TIG est un outil performant qui autorise le soudage sous gaz inerte (argon). C’est en effet un gaz qui permet de réaliser un cordon de soudure complet avec ou sans métal d’apport sans toutefois laisser de regrettables contaminations chimiques. Tout en fonctionnant au Tungstène, il interne un fil d’apport composé d’électrodes non fusible qui, une fois en contact avec la matière à souder, peut générer une température de 3400 ° à 4000 ° C.

Avec un mode de fonctionnement simple, le poste à souder TIG tolère une soudure à intensité raisonnable grâce notamment au type de courant qu’il utilise. Le courant qui alimente ce procédé de soudage est généralement continu ou alternatif. Ceci permet de réaliser des soudures efficaces pouvant être faites sur de larges épaisseurs. Toutefois, à l’opposé du MIG, une soudure TIG prend souvent plus de temps. Plus exigeante et besogneuse, sa vitesse d’exécution est très lente et en plus, elle nécessite toujours un nettoyage complet et soigneux du métal à souder avant le soudage.

Voir aussi : choisir un bonnet pour homme

En résumé, il est clair qu’il existe de nettes différences entre le poste à souder MIG et celui TIG. Bien que celles-ci soient habituellement imperceptibles, elles apportent cependant une contribution méritoire dans l’optimisation du choix de bon nombre de professionnels. Rappelons pour finir que les critères qui favorisent un tel discernement sont entre autres : la vitesse du fil, le débit de gaz, le diamètre du fil à électrode, les possibilités de positionnement pour le soudage, la précision du dépôt, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *